« On lisait aujourd’hui le génome comme un livre. Et c’était grâce à lui. Désormais, on pouvait presque tout connaître des possibilités d’un enfant à la naissance en consultant son profil génétique. Il avait fait de telles avancées dans le domaine du génome humain et de la cartographie des gènes que ses collègues l’appelaient Papa génome. » 

Andrew Blackwind pensait tout savoir, tout comprendre, tout prévoir. Il se trompait.